www.nuitdorient.com

accueil -- nous écrire -- liens -- s'inscrire -- site

Les Problèmes du Moyen-Orient sont Nombreux

Par Nikki Halley, ambassadrice des Etats-Unis à l'Onu

18/12/18

Texte original en anglais ci-dessous

Voir aussi les 50 derniers articles et toutes les informations de politique générale au Moyen Orient 

 

Les problèmes du Moyen-Orient sont nombreux, et pourtant nous passons un temps largement disproportionné sur un seul d'entre eux. L'ONU s'est montrée désespérément partiale, comme nous avons pu le constater, il y a deux semaines seulement lorsque l'Assemblée générale n'a même pas condamné le terrorisme du Hamas contre Israël.

"La plupart des problèmes de la région n'ont rien à voir avec le conflit israélo-palestinien..... L'ONU devrait s'éloigner de son obsession contre Israël. Cette obsession de l'ONU a été totalement non productive. En fait, c'est pire que ça. L'obsession de l'ONU sur cette question a été contre-productive. Elle a envoyé un message fort et faux aux Palestiniens, leur disant qu'ils pourraient atteindre leurs objectifs en comptant sur l'ONU, plutôt que sur des négociations directes. Et il a envoyé un message fort et précis aux Israéliens qu'ils ne peuvent jamais faire confiance à l'ONU.

Israël est un pays prospère, fort et fort. Il a toujours voulu la paix avec ses voisins. Il a clairement démontré sa volonté de faire de grands sacrifices pour la paix, notamment en cédant de vastes étendues de terres. Aucune résolution de l'ONU, aucun boycott antisémite, ni aucune menace terroriste ne changera cela. Tout au long de son existence, et même aujourd'hui, Israël a été entouré de menaces à sa sécurité. Il serait stupide de sa part de conclure un accord qui affaiblirait sa sécurité. Et pourtant, même face aux menaces constantes, Israël est devenu l'une des principales nations du monde. Il veut un accord de paix, mais il n'en a pas en fait besoin.

Et puis il y a le peuple palestinien. Comme les Israéliens, ils sont un peuple fier, à juste titre. Eux aussi n'ont pas besoin d'accepter un accord de paix à n'importe quel prix. Les terroristes dirigent une grande partie du territoire, ce qui compromet la sécurité de tous les civils. Le peuple palestinien souffre terriblement, tandis que ses dirigeants s'accrochent à des revendications vieilles de cinquante ans, devenues de moins en moins réalistes. Ce qui attend le peuple palestinien avec un accord de paix, ce sont les perspectives d'une amélioration massive de sa qualité de vie et d'un contrôle beaucoup plus grand sur son avenir politique.

Il est temps que nous affrontions une dure réalité : les deux parties bénéficieraient grandement d'un accord de paix, mais les Palestiniens en bénéficieraient davantage, et les Israéliens risqueraient davantage. Contrairement aux tentatives précédentes pour résoudre ce conflit, ce plan ne se limite pas à quelques pages, contenant des lignes directrices peu précises et peu imaginatives. C'est beaucoup plus long. Il contient beaucoup plus de détails réfléchis. Il reconnaît que les réalités sur le terrain au Moyen-Orient ont changé de manière puissante et importante. Ce plan sera différent des précédents. La question cruciale est de savoir si la réponse à cette question sera différente. Il y a des choses dans le plan qui plairont à toutes les parties, et il y a des choses que toutes les parties n'aimeront pas. C'est certainement vrai pour les Israéliens et les Palestiniens, mais c'est aussi vrai pour tous les pays du monde qui se sont intéressés à cette question.

Chaque pays ou partie aura donc un choix important à faire. Ils peuvent se concentrer sur les parties du plan qu'ils n'aiment pas. Pour les parties irresponsables, ce serait la chose la plus facile à faire. Il suffit de rejeter le plan parce qu'il ne répond pas à toutes les demandes. Ensuite, nous reviendrions au statu quo raté des cinquante dernières années, sans perspectives de changement. L'autre choix consiste à se concentrer sur les parties du plan qui plaisent et à encourager les négociations à aller de l'avant. Et je vous assure qu'il y a beaucoup à aimer des deux côtés. En fin de compte, comme toujours, les décisions finales ne peuvent être prises que par les parties elles-mêmes. Les Israéliens et les Palestiniens décideront de leur propre avenir. Ils décideront des sacrifices qu'ils sont prêts à faire. Et pour ce faire, ils auront besoin de dirigeants dotés d'une véritable vision.

Mais mes amis des Nations Unies - en particulier mes amis arabes et européens - joueront également un rôle important. Ils auront à faire le même choix. Le choix entre un avenir plein d'espoir qui abandonne les exigences dépassées, anciennes et irréalistes du passé, ou un avenir plus sombre qui s'en tient aux litiges en discussion qui ont échoué dans le passé.

Le monde entier nous regardera.

Plus important encore, les Palestiniens et les Israéliens seront à l'écoute. Leur réponse peut être affectée par celle des pays arabes et de l’Europe. J'ai entendu en privé de nombreux ambassadeurs arabes dire qu'ils savent qu'une solution s'impose d'urgence. Mais leurs gouvernements n'ont pas voulu parler à leurs électeurs de ce qui est réaliste, ni aux dirigeants palestiniens du mal qu'ils font à leur propre peuple. En prenant la voie de la facilité, c’est dire vraiment que le peuple palestinien n'est pas une priorité pour eux. Parce que si elle l’était, ils seraient tous dans une pièce à aider les deux parties à s'asseoir à la table.

Quant au peuple américain, nous avons démontré à maintes reprises notre engagement en faveur de la paix au Moyen-Orient. Nous continuerons à tendre la main en toute amitié au peuple palestinien, que nous avons soutenu financièrement, bien plus que tout autre pays.

Les Palestiniens ont tout à gagner à s'engager dans des négociations de paix. Mais quoi que décident les autres, le monde doit savoir que l'Amérique restera inébranlable dans son soutien à Israël, à son peuple et à sa sécurité. C'est un lien inébranlable entre nos deux peuples. Et c'est ce lien - plus que tout autre chose - qui rend la paix possible.

L'envoyé spécial des États-Unis au Moyen-Orient, Jason Greenblatt, a twitté en réponse au discours de Haley : "Merci Nikki Halley pour votre amitié, votre leadership, votre soutien et votre vision. Je vous souhaite le meilleur pour votre avenir prometteur !"

 

The problems of the Middle East are numerous

Par Nikki Halley, ambassadrice des Etats-Unis à l’Onu

18/12/18

The problems of the Middle East are numerous, and yet we spend a vastly disproportionate amount of time on just one of them. The UN has shown itself to be hopelessly biased, as we witnessed again just two weeks ago when the General Assembly failed to even condemn Hamas’s terrorism against Israel.
"Most of the region’s problems have nothing to do with the Israel-Palestinian conflict.... The UN [should] move away from its obsession with Israel. This UN obsession has been entirely unproductive. It’s actually worse than that. The UN’s obsession with this issue has been counterproductive. It has sent a loud and false message to the Palestinians that they might be able to achieve their goals by relying on the UN, rather than through direct negotiations. And it has sent a loud and accurate message to the Israelis that they can never trust the UN.
"Israel is a thriving, strong, prosperous country. It has always wanted peace with its neighbors. It has clearly demonstrated its willingness to make big sacrifices for peace, including giving up large areas of land. No UN resolutions, anti-Semitic boycotts, or terrorist threats will change that. Throughout its existence, and even today, Israel has been surrounded by threats to its security. It would be foolish for it to make a deal that weakened its security. And yet, even in the face of constant threats, Israel has become one of the leading nations of the world. It wants a peace agreement, but it does not need one.
"And then there are the Palestinian people. Like the Israelis, they are a deservedly proud people. They too do not need to accept a peace agreement at any price. Terrorists rule much of the territory, undermining the safety of all civilians. The Palestinian people are suffering terribly, while their leadership clings to fifty-year old demands that have only become less and less realistic. What awaits the Palestinian people with a peace agreement are the prospects of a massive improvement in the quality of their lives and far greater control over their political future.
"It is time we faced a hard truth: both sides would benefit greatly from a peace agreement, but the Palestinians would benefit more, and the Israelis would risk more. Unlike previous attempts at addressing this conflict, this plan is not just a few pages, containing unspecific and unimaginative guidelines. It is much longer. It contains much more thoughtful detail. It recognizes that realities on the ground in the Middle East have changed in powerful and important ways. This plan will be different from all previous ones. The critical question is whether the response to it will be any different. There are things in the plan that every party will like, and there are things that every party will not like. That is certainly true for the Israelis and the Palestinians; but it is also true for every country in the world that has taken an interest in this subject.
"Every country or party will therefore have an important choice to make. They can focus on the parts of the plan they dislike. For irresponsible parties, that would be the easiest thing to do. Just reject the plan because it does not satisfy all of your demands. Then we would return to the failed status quo of the last fifty years with no prospects for change. The other choice is to focus on the parts of the plan that you do like and to encourage negotiations to move forward. And I assure you there is a lot for both sides to like. Ultimately, as always, the final decisions can only be made by the parties themselves. Israelis and Palestinians will decide their own futures. They will decide what sacrifices they are willing to make. And they will need leaders with real vision to do it.
"But my friends at the United Nations -- in particular my Arab and European friends – will also play an important part. You will face the same choice. The choice between a hopeful future that sheds the tired, old, and unrealistic demands of the past, or a darker future that sticks with the proven failed talking points of the past.


"The world will be watching.
"More importantly, the Palestinians and Israelis will be watching. Their response can be affected by your response. I have heard privately from many Arab Ambassadors that they know a solution is urgently needed. But your governments have not been willing to talk to your constituencies about what is realistic, or to the Palestinian leadership about the harm they are doing to their own people. By taking the easy way, you are really saying the Palestinian people are not a priority for you. Because if they were, you would all be in a room helping bring both sides to the table.
"As for the American people, we have demonstrated time and again our commitment to peace in the Middle East. We will continue to offer our hand in friendship to the Palestinian people, whom we have financially supported by far more than any other country has done. he Palestinians have everything to gain by engaging in peace negotiations. But whatever it is that others decide, the world must know that America will remain steadfast in our support for Israel, its people, and its security. That is an unshakeable bond between our two peoples. And it is that bond – more than anything else -- that makes peace possible."
US Special Envoy to the Middle East Jason Greenblatt tweeted in response to Haley's speech: "Thank you Nikki Halley for your friendship, leadership, support and vision. Wishing you all the best in your promising future!"

© www.nuitdorient.com par le groupe boaz,copyright autorisé sous réserve de mention du site