www.nuitdorient.com

accueil -- nous écrire -- liens -- s'inscrire -- site

Le Groupe de Miliciens des Mollahs Iraniens Sont Entraînés à Tuer

Par Majid Rafizadeh, stratège et conseiller en affaires, un universitaire diplômé de Harvard, un politologue, un membre du conseil d'administration de la Harvard International Review et le président de l'International American Council on the Middle East. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'islam et la politique étrangère des États-Unis. Il peut être joint à l'adresse suivante : Dr.Rafizadeh@Post.Harvard.Edu

Source : https://www.gatestoneinstitute.org/19256/iran-basij-trained-killers

25/12/22

Texte en anglais ci-dessous

Au lieu de prêcher les droits de l'homme, les Nations unies et l'Union européenne doivent de toute urgence imposer des sanctions sévères et couper les flux financiers destinés au régime et au groupe paramilitaire et mercenaire de l'IRGC pour les contraindre à cesser.

Le fait est que les membres de la milice Bassiji apparaissent en civil et qu'il est extrêmement difficile pour les gens de les identifier avant d'être attaqués. L'agence de presse « Iran International » a rapporté : "Selon le site d'information Rouydad24 de Téhéran, lorsque des personnes produisent des preuves qu'elles ont été battues ou arrêtées par des individus en civil ou même lorsque des vidéos d'officiers en civil arrêtant, battant ou tirant sur des manifestants émergent, le gouvernement prétend toujours qu'il s'agit de voyous.... Depuis 1999... certains initiés du régime tentent de convaincre les forces de sécurité de distribuer des uniformes à tous les agents chargés de faire respecter la loi, mais en vain. Les forces de sécurité sont sous le commandement du dirigeant de l'Iran, Ali Khamenei, qui a besoin des agents en civil pour sauver le régime du peuple » - Iran International, 19 octobre 2022.

Les mollahs au pouvoir prétendent que le Bassiji est un groupe volontaire, mais ses membres sont payés. En fait, le régime alloue chaque année un budget important au groupe. Le Bassiji... serait l'un des plus gros investisseurs de la Bourse d'Iran. Ceux qui rejoignent le groupe reçoivent des incitations financières et non monétaires, telles qu'une entrée plus facile dans les universités, l'obtention de prêts bancaires, de subventions et d'un emploi…

Alors que l'Union européenne est occupée à apaiser les mollahs au pouvoir en Iran, qui livrent des armes à la Russie pour tuer des Ukrainiens, et que les Nations unies ferment les yeux sur les crimes contre l'humanité commis en Iran, ni les Nations unies ni aucun pays européen n'ont encore demandé des comptes au groupe paramilitaire mercenaire du régime iranien, le Bassiji. Ce groupe compte des millions de membres et tue des manifestants en toute impunité.

L'establishment théocratique est secoué par des manifestations anti-régime continues depuis quatre mois maintenant, et les autorités iraniennes semblent recourir à tous les modes de répression possibles pour supprimer les manifestants. Ces méthodes violentes consistent notamment à tirer, à blesser, à tuer, et à exécuter des manifestants, à procéder à des milliers d'arrestations, à des tortures physiques et mentales, à des violences sexuelles et à des viols de mineurs.

Les bassiji, une force de premier plan commettant des crimes contre l'humanité, agissent librement dans tout l'Iran. Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a accordé aux bassiji des pouvoirs étendus qui permettent à ses membres d'agir en tant que police religieuse et morale, d'appliquer les lois révolutionnaires du régime, de surveiller les activités quotidiennes de la population, de réprimer les manifestations contre le régime, d'opérer dans des pays étrangers, d'organiser des événements religieux dans tout l'Iran et de recruter et former des enfants soldats pour le CGRI. On trouve des centres Bassiji dans presque toutes les villes, villages, écoles et campus universitaires d'Iran. En retour, le Bassiji a considérablement renforcé et enhardi le régime islamiste iranien. Comme l'a souligné le département du Trésor américain :

"En plus de son implication dans les répressions violentes et les graves violations des droits de l'homme en Iran, le Bassiji recrute et forme des combattants... y compris des enfants iraniens, qui se déploient ensuite en Syrie pour soutenir le brutal régime d'Assad."

Les bassiji ont joué un rôle essentiel dans l'attaque des manifestants et de ceux qui osent critiquer la République islamique et son guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei. De nombreuses vidéos diffusées sur les médias sociaux montrent des agents en civil en train de tirer et de frapper des manifestants.

Alors que l'establishment théocratique iranien nie que les bassijis soient impliqués dans la répression du régime, un membre des bassijis a révélé de manière surprenante à « France 24 International » dans une rare interview que :

"Dans notre unité, nous avons des fusils de chasse, des gaz lacrymogènes, des matraques, des fusils de paintball et des pistolets paralysants. Nous avons eu quelques heures d'introduction et de formation sur les armes "non combattantes" comme celles-ci..... J'essaie de ne pas toucher les manifestants... Les autres membres de mon unité visent les gens pour les atteindre, pour les frapper à la poitrine ou à la tête, pour les tuer. Et si vous tuez quelqu'un, vous n'aurez pas d'ennuis. Alors les têtes brûlées ou les officiers qui ne s'en soucient pas tirent sur la tête des gens. Cela peut être mortel. Nous avons aussi quelques kalachnikovs dans notre arsenal, mais nous ne les avons pas encore utilisées. Les Kalachnikovs sont maintenant utilisées par les membres de l'IRGC et la police. Pour autant que je sache, l'arsenal des bassijis est le même dans toutes les grandes villes. En tant que Bassiji, nous n'avons pas encore reçu l'ordre d'utiliser des Kalachnikovs, mais notre unité les a utilisées en 2019. Nous utiliserons à nouveau des kalachnikovs lorsque les ordres arriveront."

Au lieu de prêcher sur les droits de l'homme, les Nations unies et l'Union européenne doivent de toute urgence imposer des sanctions sévères et couper le flux de fonds vers le régime et le groupe paramilitaire et mercenaire de l'IRGC pour les inciter à cesser.

--

Trained To Kill: Iranian Mullahs' Militia Group -

by Dr. Majid Rafizadeh is a business strategist and advisor, Harvard-educated scholar, political scientist, board member of Harvard International Review, and president of the International American Council on the Middle East. He has authored several books on Islam and US Foreign Policy. He can be reached at Dr.Rafizadeh@Post.Harvard.Edu

Source: https://www.gatestoneinstitute.org/19256/iran-basij-trained-killers

25/12/22

Instead of preaching about human rights, the United Nations and the European Union urgently need to impose severe sanctions and cut the flow of funds to the regime and IRGC's paramilitary and mercenary group to compel them to stop.

That members of the Basij appear in plainclothes makes it extremely difficult for people to identify them before being attacked. Iran International news agency reported: "According to Rouydad24 news website in Tehran, when people produce evidence that they were beaten or arrested by plainclothes individuals or even when videos of plainclothes officers arresting, beating or shooting at protesters emerge, the government always claims that they were 'rogue elements...' Since 1999... some regime insiders have been trying to convince the security forces to issue uniforms to all law enforcers, to no avail. Security forces are under the command of Iran's ruler Ali Khamenei who needs the plainclothes agents to save the regime from the people." — Iran International, October 19, 2022.

The ruling mullahs claim that the Basij is a voluntary group, but its members are paid. In fact, the regime designates a large budget to the group every year. The Basij... is reportedly one the largest investors in the Iran Stock Exchange. Those who join the group are given financial and non-monetary incentives, such as easier entry to universities, obtaining bank loans, grants and getting employment.

Instead of preaching about human rights, the United Nations and the European Union urgently need to impose severe sanctions and cut the flow of funds to the regime and IRGC's paramilitary and mercenary group to compel them to stop.

 Pictured: Basij commanders and forces attend a speech by Iran's Supreme Leader Ayatollah Ali Khamenei, in honor of "National Basij Week," on November 23, 2016.

While the European Union is busy