Information sur des sujets sensibles

Information sur le Moyen- Orient

Les 50 derniers articles

site d'information sur l'obscurité qui a envahi l'Orient et site de recueil des étincelles éparses

nuitdorient.com

accueil -- nous écrire -- liens -- s'inscrire -- site


moyen orient info ------les 50 derniers articles

Tsedek-Info d'Israël n° 136 -- juillet-août 2019

Pot Pourri Politique sans Périodicité ni Priorité - n° 241- le 10/05/18

La Royauté Hashémite sur la Corde Raide en Jordanie

Par Albert Soued, écrivain, http://symbole.chez.com pour www.nuitdorient.com

08/05/19

La Jordanie comme le Maroc ou Oman, monarchies constitutionnelles, sont restés à l'abri du " printemps arabe ", alors que les autres pays arabes environnants ont subi des désordres plus ou moins chaotiques. En ce qui concerne la Jordanie, il est nécessaire de rappeler quelques faits historiques :

- 1917, à l'issue de la 1ère guerre mondiale et de la défaite de l'empire ottoman, la déclaration Balfour accorde au peuple juif un territoire comprenant la Palestine, la Jordanie actuelle, plus une petite surface en Irak

- 1918, les Saoudiens s'emparent de la région sainte du Hedjaz (Médine-la Mecque) au détriment des Hachémites qui y régnaient, avec la bénédiction des britanniques, subodorant les réserves de pétrole de l'Arabie.

- 1921/2, par compensation, l'Angleterre qui a un mandat de la société des Nations sur la région avec la France, accorde aux Hashémites la Jordanie (appelée Transjordanie) à Abdallah (1921) et l'Irak à son frère Fayçal (1922), la Palestine étant le territoire qui restait de la promesse Balfour aux Juifs (article 95 du Traité de Sèvres d'août 1920).

- 1946, l'Angleterre accorde l'indépendance à la Transjordanie.

- 1947, l'Onu, qui remplace la SdN, partage ce qui restait de la Palestine en 2 territoires, juif et arabe, les pays arabes refusant ce partage, les Juifs acceptant les 10% du territoire initialement promis.

- 1948, Abdallah et 4 autres dirigeants arabes envahissent Israël qui vient de naître par une déclaration d'indépendance. Il occupe la Judée, la Samarie et Jérusalem-Est, réunissant ces régions avec la Transjordanie pour former une nouvelle entité territoriale, la Jordanie, totalement nettoyée ethniquement de Juifs. Après ce conflit, Israël se retrouve avec 18% du territoire initialement promis.

- 1964, les Palestiniens arabes rédigent une Charte fondatrice de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) qui exclue expressément toute revendication de souveraineté de l'OLP en Judée et en Samarie.

- 1967, Guerre des 6 Jours où Israël occupe la Judée-Samarie et Jérusalem-Est

- 1968, l'OLP modifie sa Charte et revendique la Judée-Samarie, puis tente en septembre 1970, de renverser le roi Hussein, petit fils d'Abdallah, sans succès, car Israël a aidé à sauver Hussein.

- 1994, Israël et la Jordanie signent un traité de paix qui a résisté jusqu'ici à de nombreux événements.

- 2018/9, Abdallah II, fils de Hussein, semble résister aux négociations avec Israël prévisibles par " le plan du siècle " de Trump et il semble aussi de plus en plus déterminé à mettre en question l'accord de paix avec Israël. En effet, il ne souhaite pas renouveler un bail de 25 ans qui a expiré, portant sur un petit territoire agricole frontalier, exploité par des Israéliens ; par ailleurs, le " Waqf " a laissé les Frères Musulmans administrer les Lieux saints musulmans, et empêcher la pose de caméras de surveillance; et cela malgré le risque de perdre une subvention annuelle américaine de 1,275 milliard $ sur 5 ans qui finance la sécurité et la stabilité de la Jordanie.

Cette attitude est principalement due aux changements démographiques dans le pays, du fait de l'immigration syrienne (1,3 million sur une population de 9,5 millions habitants), irakienne et palestinienne récente (0,6 million), et des rapports entre les tribus bédouines et les Palestiniens, que de nombreux Bédouins et d'"anciens" palestiniens, considèrent comme des "résidents temporaires".

De plus, l'expert Pinhas Inbari, chercheur principal au Jerusalem Center for Public Affairs, qui a étudié les changements en Jordanie, soutient que même si les événements du printemps arabe n'ont pas affecté la Jordanie, le royaume n'a pas empêché l'État islamique de prendre pied sur son territoire. Cela s'est produit surtout à la périphérie du royaume, et, lorsque le califat islamique était à son apogée, les dirigeants religieux bédouins ont ouvertement déclaré leur loyauté à l'Etat islamique et appelé à l'éviction de la famille royale.

Autrefois, au temps du roi Hussein, les tribus bédouines étaient fidèles à la couronne hashémite ; aujourd'hui, du fait des meilleures relations du pouvoir hashémite avec les populations immigrées, du chômage dans le secteur public qui leur était réservé, de l'appauvrissement de la population et du luxe ostentatoire affiché par la famille royale, les tribus sont beaucoup moins fidèles au roi.

Les Bédouins se considèrent, à juste titre, comme le pilier de la nation. Mais si la plupart des revenus bédouins proviennent du service public, de l'agriculture et de l'élevage, les Palestiniens se concentrent surtout à Amman et dans les autres grandes villes et réussissent dans le secteur privé et les affaires. Les tribus et les clans bédouins voient les "invités" palestiniens s'épanouir et accumuler richesse et statut.

Sur le plan religieux, la Confrérie des Frères musulmans recrute surtout des Palestiniens, laissant par précaution la supervision religieuse aux chefs bédouins. Pendant la période faste de l'Etat islamique en Irak/Syrie, les bédouins, qui s'identifient au courant salafo-wahabi de l'islam sunnite, ont été influencés par la propagande du califat et ont appelé à chasser la famille royale, pour la remplacer par un régime islamiste. Mais la Confrérie s'y est opposée et n'a pas permis à ses membres de mener des attaques contre le royaume.

En fait, la démographie, la frustration économique et les bonnes relations entre Abdallah et les Palestiniens ont poussé les Bédouins à prendre leurs distances avec le roi et son gouvernement. Cette lutte intestine entre une minorité tribale pauvre, dont le poids diminue, mais qui reste puissante dans l'armée et l'administration et une majorité riche et inféodée à une Confrérie hostile, déstabilisie le pouvoir royal. Dans ce climat, la gestion des lieux saints de Jérusalem, concédés au roi hashémite par l'armée d'Israël en 1967, reste un point de friction supplémentaire.

Enfin, l'attitude publique du roi, hostile à Israël, est l'ascenseur qu'il renvoit aux Palestiniens qui le soutiennent. Mais d'un autre côté, sans pouvoir l'annoncer, il ne souhaite pas voir une gouvernance palestinienne face à lui, de l'autre côté du Jourdain. Le roi Abdallah se trouve ainsi sur une corde raide et ne doit sa survie que grâce à la protection des services spéciaux israéliens.

 * *

Mon dernier livre édité chez l’Harmattan, au Carrefour des Cultures, au 7, rue de l’Ecole Polytechnique - Paris 5

Des Clés pour comprendre la Qabalah

 

© www.nuitdorient.com par le groupe boaz,copyright autorisé sous réserve de mention du site

 

 

 

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web. 


PageRank service www.visual-pagerank.org/

 

Vers le Haut

 

Vers le Haut

 

© www.nuitdorient.com par le groupe boaz,copyright autorisé sous réserve de mention du site

 

 

Les étincelles de lumière venant de

Infos PPPPP

Tsedekinfo d'Israël

Archives gratuites

Fiches par sujet