www.nuitdorient.com

accueil -- nous écrire -- liens -- s'inscrire -- site

La Guerre contre la Terreur a Echoué,

il est Temps de Faire le Point

Les organisations terroristes du Moyen-Orient, de la Corne de l'Afrique, de l'Asie centrale et du Sud-Est s'inspirent désormais de ce qui s'est passé en Afghanistan.

Par Ali al Nuaimi / the media line  

14/9/21

Texte en anglais ci-dessous

Nous sommes arrivés à un moment critique de la guerre mondiale contre la terreur, après le retrait des États-Unis d'Afghanistan. Nous avons échoué dans cette guerre ; il est temps de faire le point sur ce que nous avons fait et sur la voie à suivre.

Il semble que nous soyons revenus à l'époque précédant l'invasion américaine de l'Afghanistan. Les organisations terroristes, du Moyen-Orient à la Corne de l'Afrique en passant par l'Asie centrale et du Sud-Est, regardent maintenant ce qui s'est passé en Afghanistan et y voient un modèle d'inspiration.

Elles saluent la défaite d'une superpuissance. Ce message, l'idée qu'eux aussi peuvent vaincre les autres puissances, se répand sur les médias sociaux du monde entier.

Il est temps de s'asseoir ensemble, de réfléchir à ce qui s'est passé et d'envisager les leçons à tirer pendant que nous élaborons une nouvelle stratégie mondiale.

Les services de sécurité et de renseignement ont certainement un rôle à jouer, mais nous devons penser de manière globale et élaborer une stratégie préventive qui s'attaquera aux racines du terrorisme : l'idéologie extrémiste et la haine.

L'engagement de toutes les parties prenantes est crucial dans la guerre contre la terreur. Nous devons nous concentrer sur l'éducation et l'engagement des ONG, des dirigeants communautaires, des chefs religieux et de toutes les parties prenantes dans toutes les communautés et tous les pays dans la lutte mondiale contre le terrorisme.

Les chefs religieux sont essentiels dans cette guerre et doivent prendre l'initiative.

La religion est utilisée pour nous diviser autant que pour nous rassembler. De nombreuses personnes religieuses n'écoutent pas les politiciens ou les personnalités publiques ; elles suivent leurs chefs religieux.

Il est essentiel d'encourager les chefs religieux qui croient en nos valeurs communes et de les laisser jouer un rôle dans la création d'un récit qui gagnera le cœur et l'esprit du grand public afin de créer un front uni contre le terrorisme.

Attribuer le terrorisme à l'Islam envoie un message extrêmement négatif et trompeur à de nombreux musulmans, car le récit est que ces actes de terreur font en quelque sorte partie de la religion, une extension du "bon musulman" et de l'adage des Frères musulmans selon lequel "l'Islam est la réponse."

En utilisant et en citant de manière erronée les textes religieux pour présenter cette idéologie comme étant enracinée dans la religion, les extrémistes détournent l'islam et l'utilisent simplement pour établir un programme politique tordu.

Alors comment gagner les cœurs et les esprits du grand public dans le monde entier ? Nous ne pouvons pas, par exemple, nous intéresser uniquement à l'impact tragique sur les femmes, les enfants et les minorités en Afghanistan, car chaque personne en Afghanistan est aujourd'hui une victime.

Lorsque nous nous concentrons sur des groupes particuliers, nous envoyons le mauvais message, comme si nous ne nous préoccupions pas du reste de la société qui souffre dans les mêmes conditions. Nous ne gagnerons pas la guerre contre le terrorisme et l'extrémisme en Afghanistan si nous ne nous adressons pas à l'ensemble de la nation.

Au-delà de la sécurité et du renseignement, le grand public est notre plus grand allié, notre arme la plus puissante. C'est exactement pour cette raison que les terroristes parviennent à recruter et à collecter des fonds ; ils savent parfaitement cibler le grand public. C'est ce que font ISIS, al-Shabab, le Hamas et d'autres organisations terroristes.

Elles font appel aux déficits dans la satisfaction des besoins les plus fondamentaux de l'humanité - pauvreté, faim, insécurité, mauvaise santé et analphabétisme - pour s'assurer que la majorité des gens pensent que ces groupes se soucient de leur bien-être.

L'un des principaux aspects de notre guerre contre le terrorisme que nous n'avons pas compris est la nature de cette guerre. Lorsqu'il s'agit de ceux qui utilisent l'islam comme idéologie pour établir leur programme politique, nous devons comprendre que la guerre fait partie des idées. Et si nous ne gagnons pas le cœur et l'esprit des gens, nous ne gagnerons jamais.

L'avenir de la guerre contre le terrorisme dépend d'une stratégie préventive qui engagera les chefs religieux, les universitaires, les personnalités publiques et autres.

Les solutions axées sur la sécurité sont nécessaires mais pas suffisantes. Nous devons changer l'ancienne stratégie et envisager de contrer la haine dans notre nouvelle stratégie, car nous devons atteindre les racines de l'extrémisme, notamment ceux qui utilisent la religion comme une arme contre leurs semblables.

..

The War on Terror failed, it's time to review

Terrorist organizations from the Middle East, Horn of Africa, Central and Southeast Asia now look to what happened in Afghanistan for inspiration.

By ALI AL NUAIMI / THE MEDIA LINE   

14/9/21

 TALIBAN FORCES stand guard a day after the US troops withdrawal from Hamid Karzai International Airport in Kabul, Afghanistan, last month. (photo credit: REUTERS)

Taliban forces stand guard a day after the US troops withdrawal from Hamid Karzai International Airport in Kabul, Afghanistan, last month.

We have reached a critical time in the global War on Terror

 in the wake of the US withdrawal from Afghanistan. We failed in this war; it’s time to review what we have done and where we go next.

We are seemingly back to the time before the US invasion of Afghanistan. Terrorist organizations from the Middle East to the Horn of Africa and Central and Southeast Asia are now looking at what happened in Afghanistan and see it as an inspiring model.

They are hailing the defeat of a superpower. This message, the idea that they too can defeat the other powers, is spreading across the world’s social media.

It is time to sit together, reflect on what happened and contemplate the lessons to be learned while we develop a new global strategy.

The security and intelligence services certainly have a role to play but we have to think holistically and develop a preventive strategy that will target the roots of terror: extremist ideology and hate.

The engagement of all stakeholders is crucial in the War on Terror. We must focus on education and the engagement of NGOs, community leaders, religious leaders, and all the stakeholders in all communities and countries in the world’s fight against terrorism.

Religious leaders are vital in this war and must take the lead

Religion is used to divide us as much, as it is used to bring us together. Many religious people don’t listen to politicians or public figures; they follow their religious leaders.

It is vital to encourage religious leaders who believe in our common values and let them play a role in creating a narrative that will gain the hearts and minds of the general public to create one united counterterrorism front.

Attributing terrorism to Islam is sending an extremely negative and misleading message to many Muslims because the narrative is that these acts of terror are somehow part of the religion, an extension of the “good Muslim” and the Muslim Brotherhood’s adage that “Islam is the answer.”

By misusing and misquoting religious texts to portray this ideology as rooted in religion, extremists are hijacking Islam and using it simply to set a warped political agenda.

So how do we win the hearts and minds of the general public around the world? We cannot, for example, only address the tragic impact on women, children, and minorities in Afghanistan because every single person in Afghanistan is a victim now.

When we focus on particular groups, we are sending the wrong message, as if we don’t care about the rest of the society that is suffering under the same conditions. We will not win the war on terror and extremism in Afghanistan unless we speak to the whole nation.

Beyond security and intelligence, the general public is our biggest ally, our strongest weapon. These terrorists succeed in recruiting and fundraising for exactly this reason; they are expertly focused on the general public. ISIS, al-Shabab, Hamas, and other terrorist organizations are all doing this.

They appeal to deficits in the fulfillment of humanity’s most basic needspoverty, hunger, insecurity, ill health, and illiteracy – to ensure that the majority feels these groups care about their well-being.

One of the major areas in our war on terror that we didn’t understand was the nature of this war. When it comes to those who are using Islam as an ideology to set their political agenda, we have to understand that war is one of the ideas. And if we don’t gain the hearts and the minds of the people, we will never win.

The future of the war on terror depends on a preventive strategy that will engage religious leaders, academicians, public figures, and others.

Solutions that focus on security are necessary but not sufficient. We must change the old strategy and consider countering hate in our new strategy as we have to reach the roots of extremism, including those who use religion as a weapon against their fellow humans.